POEMES

LE PAPILLON


Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphir nager dans un ciel pur.
Balancer sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums de lumière et d'azur.
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté !
Il ressemble au désir qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel cherché sa volupté !


Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Recueil : Nouvelles Méditations Poétiques





LA TULIPE

Merveilleuse Tulipe, orgueil de la Hollande,
Toi qui fis autrefois des réputations,
Que d'un royaume à l'autre on offre et l'on demande,
Et qui passionnas de froides nations,

Quelle fleur d'un haut ton peut t'être préférée?
Pas une n'est, d'abord, si chaste de dessin.
Ni d'autant de couleurs, comme au compas, rayée :
Tu tiens par l'Idéal au fabuleux Dauphin.

Le pays d'Orient dont le goût est suprême,
Le plus habile aux arts t'a peinte en son blason ;
Il ne pouvait choisir plus éloquent emblème :
Aussi décores-tu les armes du Japon.

Comme au Camélia le doux parfum te manque,
Et tu n'as d'agrément que ta seule beauté ;
Tu me sembles pourtant plus riche que la Banque,
Symbole du cœur droit et de la probité!

Ton galbe est si parfait et ta tige si lisse
Qu'on dirait un produit de l'art industriel ;
Mais, en étudiant de plus près ton calice,
On y voit le cachet du jardinier du ciel.

Un chef-d'œuvre si pur est peu propre à séduire
D'un amateur banal l'œil superficiel ;
C'est la Rose qu'il faut à l'amant qui soupire :
Ton charme est plus puissant et non matériel.

L'esprit admire en toi l'Ordre et la symétrie :
L'Ordre, la grande loi que Newton déclarait
Celle même des cieux et de toute harmonie,
Et qui dans une fleur brille de plus d'attrait !


Sonnet de Charles ROUVIN

UN VIOLON DANS LES JARDINS

Partout aux vallons d'alentour
La chanson des merles résonne
Et mon cœur, de chagrins si lourd,
Jusqu'à l'aube songe, frissonne.

L'heure tourne; je veille, assis,
Longtemps sous la lune qui baigne
L'essaim secret de mes soucis
Et mainte blessure qui saigne.

Un violon dans les jardins
Vers moi laisse monter sa plainte.
Oh! quel flot de langueur soudain
De mon âme apaise la crainte!

Inconnu qui t'en vas jouant
Ces sons pleins d'étrange magie,
Où donc as-tu trouvé ce chant
Qui dit toute ma nostalgie?

(Hermann Hesse, Poèmes choisis, José Corti, 1994)

En allemand

EINE GEIGE IN DEN GÄRTEN

Weit aus allen dunklen Talen
kommt der süße Amselschlag
und mein Herz in stummen Qualen
lauscht und zittert bis zum Tag.

Lange mondbeglänzte Stunden
liegt mein Sehnen auf der Wacht,
leidet an geheimen Wunden
und verblutet in der Nacht.

Eine Geige in den Gärten
klagt herauf mit weichem Strich
und ein tiefes Müdewerden
kommt erlösend über mich.

Fremder Saitenspieler drunten,
der so weich und dunkel klagt,
Wo hast Du das Lied gefunden,
das mein ganzes Sehnen sagt?


(Hermann Hesse)

LES FLEURS


Poème de Myriam DEBACKER
Les fleurs font la richesse de notre jardin, 
Elles s'ouvrent aux premiers rayons du matin,
S'épanouissent magnifiques tout  le jour,
Offrant aux yeux éblouis leurs plus beaux atours.

Elles émaillent les massifs à l'aurore, 
De touches diaprées et multicolores, 
Garnissent les jardinières et terrasses, 
Exhalant leur parfum exquis dans l'espace.

Des vases d'où elles foisonnent, généreuses, 
Elles répandent leur senteur capiteuse, 
Agrémentent entrées et salons de bouquets, 
Abandonnant aux miroirs leurs plus beaux reflets.

Pour chaque occasion elles sont offertes, 
Arrangées avec soin par des mains expertes,
Elles garnissent les fêtes et anniversaires, 
Cérémonies et célébrations légendaires.

 Elles auréolent le front de la mariée,
Ruissellent  opalescentes de ses mains,
S'effeuillent légères sur le chemin, 
Foulées par le couple uni et glorifié.

Elles dessinent un sourire attendri, 
Sur un visage désespéré et meurtri. 
Elles suscitent tant de bonheur et de joie, 
Sachant réchauffer notre coeur lorsqu'il a froid.

Les fleurs symbolisent la beauté, 
Dans toute leur luxuriante pureté, 
Leur éclat délicat répandu sur nos vies, 
Nous berce dans une exquise harmonie.

accueil