Adam von Dalstein

Seigneur de Meysenburg et prévôt de THIONVILLE


                                                              
Il fut nommé à cette charge importante par le roi Ladislas de Hongrie, confirmé, en 1459, par Charles de France.Il possédait, en co-propriété avec les chevaliers teutoniques de Beckingen, représentés par le chevalier Johann Nobel von Obenheim, le château de CATTENOM. Lors du siège de THIONVILLE par le Duc de Bourgogne, Adam de DALSTEIN prit le parti des Saxons, pendant que les chevaliers teutoniques, craignant pour leurs nombreuses possessions, restèrent neutres. Après le départ des Bourguignons, les Saxons réinvestirent le château. Adam s'y opposa furieusement. Il fut fait prisonnier et le château fut brûlé (1445). Après la conquête du Luxembourg er la capitulation de Thionville, le duc Phillipe le Bon lui rendit sa liberté et Adam obtint une réparation de 1000 florins du Rhin, accusant l'ordre des chevaliers de félonie.Arch. Nat. Lux. " Niclas v. Remich, Landkommandeur der Ballei des Deutschordensherren von Lothringen bestätigt, dass die Deutschordensherren nach Entscheidung Phillips von Burgund in verschiedenen Raten eine Summe von insgesamt 1500 rheinischen Gulden zahlen müssen, davon 1000 Gulden an Adam von Dalstein. Dies wurde entschieden Aufgrund eines Zwistes zwischen Adam von Dalstein, Johann Fock von Hubingen (châtelain de Larochette) und Eberhart von Wanen auf der einen Seite und Brüdern des Deutschordens auf der anderen Seite" A la mort de Sigismond, souverain nominal du Luxembourg, son gendre et successeur, Albert d'Autriche, revendique le Luxembourg (1437). En 1439, à son propre décès, les droits échoient à sa fille, Anne, et son gendre, Guillaume III de Saxe. La naissance de Ladislas V de Hongrie, fils posthume d'Albert d'Autriche et d'Elisabeth de Hongrie, rend la situation inextricable. Ladislas V (+1457), roi de Hongrie et de Bohême, est donc le frère d'Anne, duchesse de Saxe. Pour avoir pris le parti de Guillaume III de Saxe contre Philippe le Bon, duc de Bourgogne et du Luxembourg, la famille de DALSTEIN fut chassée, après 1443, de Thionville,alors possession luxembourgeoise, et se réfugia vraisemblablement au village de DALSTEIN. En avril 1459, Anne vendit ses droits au roi de France, Charles VII, pour 50 000 écus d'or. 12 nov. 1463: Guillaume de Zievel déclare que le feu Adam de DALSTEIN devait à son père, Jean de Zievel, 200 fl. ss le cautionnement de Frédéric, sgr de Clervaux, et de Jean de Milburg, sgr de Ham( résumé fait par  Henry Dalstein).



Dans l'ouvrage suivant :

(Esquisse Historiques
Sur la ci-devant Seigneurie Baronnie de Meysembourg par Aug.Neÿen)
nous retrouvons :
Adam de Dalstein, ce seigneur qualifié de sire de Meysembourg, assista en 1451 à l’Assemblée des Etats du pays, où Philippe de Bourgogne, surnommé bien à tort le bon duc, fut reconnu duc du Luxembourg, par suite de  la cession que lui avait fait de son engagère, sa tante, la fameuse Elisabeth de Gorlitz de néfaste mémoire dans les annales du pays.
Il parait qu’à cette époque, les Seigneurs de Meysembourg et nommément cet Adam de Dalstein, entrèrent dans beaucoup d’intrigues, puisque nous lisons dans un acte du jeudi après la Saint Mathias, apôtre,  de l’an de grâce 1461, style de Trèves, que Ally ou Adelaïde, dite de Brandebourg, dame de Meysembourg, veuve de Adam de Dalstein, chevalier, déclare que son mari s’étant beaucoup mêlé des différents  relatifs au pays de Luxembourg, son château a été ruiné, qu’elle a été privé de la jouissance de ses  autres biens et rentes ; que dans sa pauvreté, chargée de dettes, elle n’a trouvé refuge et secours que chez son neveu, le noble homme Ferry de Brandebourg, seigneur de Clairvaux, auquel en considération de ce, elle donne et transporte en toute propriété, son château de Meysembourg, avec la seigneurie, hommes de fief, hommes de la châtellerie, et toutes ses dépendances, comme aussi tous ses autres biens.
 De cette manière la seigneurie de Meysembourg entra dans la maison de Brandebourg. Il paraît par la même pièce, que
Adam de Dalstein n’a pas laissé d’héritiers.


​(Histoire d'Autelbas et Barnich (Alfred Jungen) & Histoire de Thionville (J.-Marie Yante)
nous retrouvons :
Adélaide de Brandebourg
Elle obtient de ses parents une part de la seigneurie de Cattenom, des biens à Hespérange, Altzingen, Roeser et qqes autres, représentant la dot de son 1er mariage. Après le décès de ses parents, Frédéric d'AUTEL et son beau-frère, François d'OUREN, se partagent la succession. A nouveau veuve, elle s'arrangera avec son beau-frère, Gobel (Robert) d'AUTEL, puis se remarie avec Adam de DALSTEIN, dont elle sera veuve le 25.09.1462. Son plus proche héritier est son neveu, Gilles d'AUTEL, seigneur de Koerich, fils d'Agnès de Brandenbourg, sa soeur; Il obtient Meysenburg et de nombreux autres biens. En 1461, Aleide de Brandenbourg est débitrice à l'échevin Henri RUTTER de BEFFORT à concurrence de 41 florins du Rhin et 4 blancs de Metz, pour blé fourni à son mari, Adam de DALSTEIN, et doit 180 florins à Pierre HOLVAIS 


Adam de Dalstein est décédé sans laisser d'héritiers.

Mais qui a pu perpétuer le patronyme ?

Il reste un vide entre le décès d'Adam en 1462 et la naissance de Nicolas DALSTEIN ca 1550 x Anne (CG du pays de Nied – les habitants de Freistroff)